mardi 9 août 2016

"Si tu aimes jouer avec maman, tappe des mains..."

Depuis quelques semaines, c'est la nouvelle chanson qu'on chante, 1 fois par jour environ...

C'est devenu un rituel, je m'asseoit sur le tapis à boutons colorés, invite les enfants et on entonne la chanson, que j'ai modifiée pour l'occasion. On passe ensuite à un jeu dirigé simple (jean dit, yoga, comptines etc), et on rechante la chanson en version "fin".

 Ce petit rituel est réalisé avec ces mêmes séquences bien définis chaque fois..

----
Pourquoi structurer un simple jeu de 5 minutes de cette façon ?

1) les enfants s'attendent à devoir être attentif et écouter après la chanson. Même la petite (21 mois) se met en mode collaboration.

2) les enfants se rendent plus compte qu'on joue avec eux, en mettant de l'emphase sur ce moment. Ils se sentent importants et attendent ce moment.

3) créé un sentiment d'appartenance, par notre rituel familial.

----
Nous avons aussi un rituel autour du moment de l'heure du conte. J'invite les enfants à s'asseoir, on met les mains sur les genoux, ouvre les oreilles et zippe la bouche. C'est une façon toute simple et positive de mettre de l'emphase sur l'attitude attendue pendant que je raconte une histoire :)

Ce sont deux moments prévisibles qui reviennent chaque jour.. nous avons aussi de petits rituels non officiels, comme le bébé qui se sauve nu après le bain pour se faire dire "oooh un bébé tout nu dans le salon." Ou encore, plus simple : l'histoire du soir. Ou notre habitude de se précipiter habillés sous la pluie dès qu'il pleut à ciaux l'été.

Les rituels sont importants pour les enfants car ils leur permettent de s'identifier à leur famille, d'avoir des repères simples, des éléments prévisibles dans leur journée...

Il s'agit simplement de trouver quelque chose de logique et plaisant pour sa famille, et de choisir intentionnellement d'y mettre plus d'emphase...


vendredi 5 août 2016

Habiletés sociales : des pistes d'idées...



Chez certains enfants, c'est presque inné: observer les parents et autres enfants à l'oeuvre semble leur suffir.. Ce type d'enfant "rejoint la danse" des interactions sociales presque par magie... Selon mes observations, vers 3 ans/3 ans et demi souvent, même les enfants auparavant timides vont soudainement sembler plus à l'aise dans leurs interactions sociales..
Comme c'est l'âge où le jeu à plusieurs débute, c'est souvent de cette façon qu'ils vont tester leurs nouvelles habiletés naturellement... En voulant jouer avec les autres, ils font connaissance avec les conventions sociales...

Chez d'autres enfants, il faut montrer, explisuer, décortiquer, ré-expliquer, mettre en scène, encadrer...

Peu importe le type d'enfant, je trouve toujours intéressant d'utiliser certains trucs/outils pour améliorer ces compétences....

Premiers pas...
0-2 ans

Pour moi, ça  commence par un respect ++ de la notion de consentement même chez le bébé. Bébé ne veut pas aller dans les bras de quelqu'un ? On n'insiste pas. On utilise des formules comme "pas pour l'instant", pour re-affirmer face aux gens l'importance de la décision de bébé pour nous.
Un bébé qui se sent respectée par les autres deviendra plus facilement un enfant sociale.

Ensuite, on intègre le geste "stop" vers 18 mois, en jeu au début.. on marche et on fait stop dès qu'on arrête de marcher, et on recommence...cet apprentissage aidera aussi plus tard à travailler la sécurité routière, c'est une bonne habitude à donner à l'enfant..

 puis, on l'utilise quand on croise un chien et que bébé a peur, au lieu de chercher à juste rassurer, on en profite pour l'initier à s'affirmer, avec le stop et la main droit devant... tranquillement on l'invite à l'utiliser dans les situations où sa bulle est envahis simplement.. comme par une soeur trop proche qui ne la lâche pas en voulant trop la tenir. Tout comme le consentement, on veille à aider le tout petit à se faire respecter. Chez nous, chatouiller quelqu'un qui dit stop est considèré aussi dérangeant que tapper. Stop c'est le mot d'ordre pour tout ce qui est "physique": c'est la façon d'exiger un éloignement physique en quelque sorte, et au besoin on réglera ensuite le problème.

Pour moi, le rôle de l'adulte est 1) d'être un endroit sécuritaire où aller en cas de besoin, pour reprendre de l'assurance. 2) de garantir à chacun un cadre sécuritaire. Oui, les enfants peuvent se chicaner, mais pour moi l'adulte doit pouvoir assurer à chaque enfant le droit à sa sécurité (donc, de ne pas être frappé, être respecté etc.) Donc oui, les enfants règlent les chicanes d'enfants, et apprennent ainsi beaucoup, mais pour y parvenir de façon"constructive", il dois d'abord se sentir en sécurité et confiant.

Le STOP et le JE
vers 2 1/2-3 ans
Je bricole avec elles deux marionnettes sur bâton. La première étant leur main découpé dans de la feutrine rouge sur laquelle je trace le signe et les lettres stop.

La deuxième : une flèche verte pointant vers le haut, sur laquelle j'écris JE. On pourrais aussi y coller la photo de l'enfant.

On travaille ensuite le stop, main devant soi pour mettre fin à une interaction non désiré, un vol de jouet.. ça a fonctionné à merveille comme alternative à donner à une 2 ans et demi qui tappais. Puis on y ajoute le JE.. je ne veut pas, je n'aime pas..
Au début, je laisse les marionnettes affichés en tout temps pour promouvoir leur utilisation en cas de conflit. On fait aussi des mises en scènes avec celles-ci...

Le coin calme
Un gros coussin dans lequelle s'enfoncer, ou tapper, un mini bâton de pluie captivant à observer, des livres et un toutou : pour ma 1 ans et demi. Des dessins représentant des émotions au dessus du coussin + un rappel de l'outil pour se calmer (souffler les chandelles ) pour s'adapter à ma 4 ans. Finalement, une fiche d'idées de solutions  plastifiée pour régler un conflit s'ajoutent pour ma 6 ans.

Les mises en situations et les marionnettes.
Des petits bonhommes ou un set up à la théâtre de marionnettes.. ce sont des outils que j'aime beaucoup et par lesquels les filles apprennent énormément. Souvent, je fait la scène puis elles la refont ensuite ...

Ça peut être fait de 100 situations . On pratique ainsi un apprentissage en demandant aux enfants de faire agir le personnage de la façon convenue, ou je fait une scène amusante interactive pour demander des solutions aux enfants...

Allez y avec ce qui fait du sens pour vous, ce que vous sentez que vos enfants ont envie/ besoin de voir...

Les émotions
Un jeu de bingo des émotions ? Des visages vides sur lesquelles on dessine l'émotion demandé ? Un visage avec des traits de différentes émotions plastifié à  placer ? Jouer à  imiter des émotions ? Ou la bonne émotion selon la situation décrite en se mettant à la place de la personne?
Lancer une balle dans le bon bol (sur lesquels on colle une émotion), ou les dessiner à la craie, ou...

Utiliser ce que vous avez chez vous, au goût de votre enfant et prennez le temps d'être sure qu'il connait les émotions. Les émotions sont une grosse base des habiletés sociales : Comprendre nos émotions, ce qui les affectent, pour ensuite imaginer celles des autres.


Des livres
Mon premier dico des émotions
Notre coup de coeur :)

Nicolas et le nuage noir
Techniques de respiration pour enfant dans une belle histoire.

Il y aurait tellement à discuter... si vous souhaitez des idées de mon expérience sur des sujets précis, n:hesitez pas à demander :).