jeudi 16 avril 2015

Confessions d'une maman à la maison : on repart à zéro

Parfois, je regarde les annonces de places en garderie en me disant "Oh mon dieu, 14$ 15$ par jour pis sont nourris, changés, les crises gérées pis j'ai toute ma journée libre pour câliner bébé, dormir, relaxer!!!"

C'est habituellement à ce moment que je respire 4-5 coups et que je me dit "Ok, on repart a zéro." 

C'est arrivé dimanche soir par exemple. 2 heures de crise d'un enfant qui hurle de tous ses poumons (et empêche les 2 autres de dormir).

J'ai perdu ma zénitude et j'avais l'impression que j'étais condamné à vivre sous les hurlements toute ma vie. Puis, elle s'est endormis d'épuisement. Puis, à 4 heure du matin, réveillée en train de promener le bébé dans la maison, j'ai eu un flash.

J'ai pris un crayon, du papier et j'ai écris:
Je t'aime. Passons une bonne journée aujourd'hui. 
Maman

Puis je l'ai mis dans son lit, à côté d'elle. J'ai replacé sa couverture en même temps.
À 6h le matin, elle est arrivée dans ma chambre, me demandant ce qui étais écris. Elle avait reconnue ma signature. Je lui ai lut et elle est repartie. Elle est revenue me dire je t'aime, les yeux brillants de sincérité.

Elle a eu sa conséquence pour la crise monstrueuse, qu'elle as accepté sans rien dire.

Et voilà, nous avions de nouveau la possibilité d'avoir une belle journée.


Ma vie de maman à la maison, et ma vie tout court est devenu plus belle le jour où j'ai compris qu'on a toujours la possibilité de repartir à zéro, à condition de repartir tout de suite.


2 autres idées pour changer le ton d'une situation 


- J'entends de la chicane dans la chambre des filles, alors qu'elles jouent ensemble.
J'arrive pour entrer en répétant d'arrêter de crier et se chicaner, mais juste avant d'entrer je m'arrête et je réfléchis.
Au lieu d'entrer en colère, j'entre avec l'attitude la plus légère possible et je lance " Ok, votre fâché est bien, maintenant je reviens dans la chambre et montrez-moi un visage triste (puis je recommence 4-5 fois avec d'autres émotions"

- Pendant que je suis au téléphone, un des enfants me demande la permission de parler au téléphone après moi mais voilà, au fil de la conversation j'oublie et je n'ai pas envie de rappeler pour ne pas déranger l'autre personne.
L'enfant sur le bord de la crise, je la regarde et je lance un "C'est vraiment plate que j'ait oublié ça.. imagine-tu ce qui pourrais être PIRE? Et si j'avais oublié d'acheter des bottes et que tu avais dut sortir dehors nu pied dans la neige !!! "
et on s'amuse à lancer pleins de théories sur ce qui serait pire à oublier... :)